| 

Le Daily Scoop - Business



PDF Imprimer Envoyer
MARCHE DE L'EMPLOI

 

Des mécanismes d’insertion pas toujours efficaces

alt

L’Etat, tout comme le secteur privé, a prévu un certain nombre de mécanismes pour faciliter l’insertion des jeunes sortis des grandes écoles, et même ceux n’ayant pas fait d’études secondaires ou universitaires, dans le tissu socioprofessionnel. L’on peut citer, parmi ceux-ci, les concours d’entrée dans les grandes écoles (ENAM, EMIA, Enset, Enieg, Eniet, ENS, Polytech, Ecoles de police, Ecole des travaux publics, etc.), pour ce qui est du secteur public, et les nombreuses offres d’emploi que les entreprises, tout comme les agences de placement du personnel, publient dans les journaux du pays. A côté de ces mécanismes, il y a plusieurs autres structures comme le Piaasi, le FNE, ou encore le Pajer-U, que l’Etat a mises en place aux fins de permettre aux jeunes de devenir des travailleurs ou des créateurs d’emplois.

 


92%
8%
 
PDF Imprimer Envoyer
INTERVIEW

 

Franck Essi : « On doit améliorer les mécanismes d’emploi au Cameroun »

alt

Quelle lecture faites-vous des différents mécanismes mis sur pied au Cameroun pour développer l’emploi jeunes ?

Le marché de l’emploi au Cameroun a vu l’apparition de plusieurs structures qui jouent le rôle d’intermédiation entre les demandeurs et les pourvoyeurs d’emploi. On observe des structures publiques, telles que, le Fonds national de l’emploi, et des structures privées telles que, les différents cabinets ayant pignon sur rue. Les missions, les moyens et les modes d’intervention des structures publiques et des unités privées opérant dans ce secteur ne sont pas exactement les mêmes. Du côté public, l’ambition et les moyens d’accompagnement des chô- meurs se veulent plus importants et plus diversifiés. Il s’agit d’aider, sur plusieurs plans, les chercheurs d’emplois à parfaire leur formation, à trouver un emploi, ou à lancer une activité génératrice de revenus, susceptible d’assurer une certaine autonomisation sociale.

 


2%
98%
 
PDF Imprimer Envoyer
FAITS DIVERS

 

Une présumée sorcière aux arrêts à Mbang

alt

Une affaire de sorcellerie défraie la chronique dans la localité de Mbang, département de la Kadey. Monique Zanga, née le 1er mai 1969 à Batouri, réputée dans le coin comme une grande sorcière capable de se transformer en serpent avant de tuer, a été mise aux arrêts. L’information a fait le tour de la ville. Il se raconte que cette dame de 46 ans se transformait en serpent, pour faire du mal. Après avoir mordu une personne, le serpent déguisé en homme disparaît, sans laisser des traces. Cette pratique s’est accrue, la semaine dernière. Elle aurait promis la mort des suites de morsure de serpent à plusieurs personnes.  La suspecte est accusé d’avoir déjà fait dix victimes, dont trois sont décédées après la morsure du serpent en question ; sept personnes ont été sauvées de justesse. Elles ont été conduites à l’hôpital de la SFID de Mbang.  Et grâce aux prières multiples et aux soins, leur vie n’est plus en danger.

 


50%
50%
 
PDF Imprimer Envoyer
ELECTRICITE

 

Eneo propose l’augmentation des tarifs

 

alt

Sauf retournement de situation, les tarifs d’électricité au Cameroun vont connaître une hausse cette année 2015. En tout cas, « Energy of Cameroon » (Eneo) y travaille. Ce jeudi 16 juillet, Philémon Yang, le Premier ministre, va à cet effet présider une ré- union interministérielle relative à l’approbation des tarifs de vente d’électricité que propose l’opérateur historique du secteur au titre de l’année 2015. Et pourtant, dans une interview publiée le 8 juillet 2015 dans le quotidien à capitaux publics, Cameroon tribune, Jean pierre Kedi, le directeur général l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel) déclarait que, grâce aux pénalités que son institution inflige à Eneo à cause des délestages, il n’était pas possible de connaître une hausse du coût du kilowatt/heure.

 


98%
2%
 
PDF Imprimer Envoyer
APPROCHE HIMO

 

Déceptions dans le secteur des Travaux publics

alt

Répondant à la question du sénateur Peter Mafany Musongué le 18 juin 2015 au cours de la séance des questions orales aux membres du gouvernement sur la dégradation des routes bitumées et les efforts du gouvernement en matière de préservation du patrimoine routier national, M. Patrice Amba Salla, ministre des Travaux publics (MINTP) a placé à nouveau les collectivités territoriales décentralisées (CTD) au cœur du dispositif. Il a indiqué que la surveillance de ce patrimoine, la prévention des actes de vandalismes sont du ressort des CTD. Rappelant que les maires sont les « gardiens des domaines publics ». 

 


50%
50%
 
PDF Imprimer Envoyer
CAMAIR-CO

 

Déjà 300 millions de FCFA investis dans la réfection du siège

alt

La Cameroon Airlines Coorporation (Camair-Co) ne dispose pas d’un siège fixe depuis son lancement en 2011. Ses bureaux se trouvent à Bonanjo et une autre partie est logée à l’enceinte de l’immeuble la Rotonde, à Akwa. La location mensuelle de ce côté, apprend-on, est très élevée. En 2011, on l’estimait à 20 millions de FCFA le mois. C’est donc pour mettre un terme à cette saignée que le ministre des Transports a exigé la récupération de l’immeuble qui abritait jadis la défunte Cameroon Airlines (Camair). 

 


2%
98%
 
PDF Imprimer Envoyer
PORT DE DOUALA

 

Des produits toxiques à évacuer 

alt

« Produits dangereux abandonnés. Toutes classes confondues. Danger ». « Gaz inflammable plus gaz comprimé ». « Matière toxique. Classe 6 ». Les différents avis placardés dans ce magasin justifient bien son nom, le Parc à matières dangereuses. C’est par cet endroit que le ministre des Transports a entamé mercredi, 15 juillet, sa visite d’inspection au port de Douala. Arborant un masque de protection, comme nombre de membres de sa délégation, Robert Nkili a appris que certains des produits entreposés là ont été abandonnés par ceux qui les ont importés, et ce depuis plusieurs années. C’est un peu comme avec les containers, sauf qu’ici les matières sont dangereuses. Toxiques, voire explosives. 

 


98%
2%
 
PDF Imprimer Envoyer
RELIGION

 

L’archevêque de Bertoua suspend un prêtre

alt

Dans  un décret daté du 10 juillet 2015, l’archevêque de Bertoua, Mgr Joseph Atanga, a suspendu de ses fonctions l’abbé Daniel Mpeti Bokassa, vicaire de la paroisse Notre Dame de l’Espérance de Colomine dans l'arrondissement de Ngoura. Selon l’expression consacrée, ce prêtre est suspendu «a divinis», c’est-à-dire pour une durée temporaire de six mois. Le concerné a été notifié de cette sanction depuis le 19 juin dernier. Ceci après des monitions qui lui ont été dûment servies. Malgré cela,  le concerné n’est pas revenu sur le bon chemin. C'est ce qui a  amené  l’archevêque à pousser le bouchon plus loin. 

 


50%
50%
 
PDF Imprimer Envoyer
RELIGION

Fête de fin de Ramadan ce week-end

alt

Ceci grâce à un travail métrologique consensuel entre les prévisions astrologiques (calculs astronomiques) et la méthode traditionnelle qui préconise l’observation des astres. En France, par exemple, c’est le Conseil français du culte musulman (CFCM) qui avait aidé à mettre fin à la vieille polémique sur les dates de début et de fin de Ramadan. Au Cameroun, la Commission nationale du croissant lunaire (CNCL) avait, elle aussi, assuré la veille. Et sur la base de la méthode traditionnelle (le ciel ayant été scruté le mardi 16 juin aux fins d’apercevoir la lune), elle avait indiqué que le jeûne commençait le 18 juin. Ainsi, en toute logique, la fête de rupture du jeûne de Ramadan (l’Aïd al-Fitr) pourrait avoir lieu ce vendredi 17 juillet 2015. CT s’est rapproché de Cheick Amadou Banoufé pour plus d’éclairage.

 


66%
34%
 
PDF Imprimer Envoyer
ASSURANCES

 

Bientôt un Fonds de garantie automobile, new look

alt

La résurgence des accidents de la circulation sur les axes routiers du Cameroun au cours de ces dernières années, semble-t-il a amené les pouvoirs publics à remettre sur pied, le Fonds de garantie automobile. Un projet de loi sur cette question a été voté, il y a de cela 09 jours par les députés de l’Assemblée nationale. Avec le vote du projet de loi gouvernemental par le Parlement, il reste attendu sa promulgation par le président de la République. Après quoi, le Fonds de garantie automobile pourrait à nouveau, voir le jour au Cameroun. Cette remise sur pied du Fonds de garantie automobile traduit la volonté des pouvoirs publics à se conformer aux exigences de la Conférence interafricaine des marchés d’assurance (CIMA). 

 


50%
50%
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 17